vendredi 3 novembre 2017

Y'en a qui s'en vont !

Vendredi 3 novembre

Il fait à nouveau beau temps et je m'aperçois que j'ai oublié de vous faire profiter de la vue (admirable bien sûr) depuis la salle à manger vers le mont Ibit  de l'autre côté de la plaine alluviale de Manandona. Il est encore tôt et l'animation bien calme...

La porte ouverte sur une autre vie. Il va falloir changer le drapeau devenu guenille.
Après le petit déjeuner pris encore en commun, chacun prend ses marques pour préparer départs ou activités Sarah prépare ses paniers et va finir le we à la ville avec ses amis tandis que Claudie tente de clore ses projets avec Philibert et les autres partenaires de toutes ses actions. De toutes façons, comme nous tous, il restera au moins un truc inachevé. Mais depuis son arrivée elle a déjà fait bien des choses ! Vers 9 h on a la belle surprise de voir arriver Florian et Felana. Florian fut VSC ici (le premier) il y a deux ans et a beaucoup oeuvré pour le rapprochement des idées de nos deux pays, mais pas que. Tous deux sont adorables. Ils brûlent d'optimisme et d'énergie pour leur mille et un projets. Rafraîchissant !


Je m'éclipse pour aller à Sahanivotry en taxi B pour une réunion avec Raymond, (le maire), Michel et les agents communautaires de santé pour parler des plantes médicinales et de leurs usages. Je rencontre juste avant Richard et Manitra à qui je remets les sacs que Claudie m'a confiés. Chance qu'ils soient par là ! Il y a déjà beaucoup de monde venus par deux des différents fokontanys. L'infirmier n'est pas là, parti opportunément à Antsirabe (décidément je ne l'apprécie guère). Michel présente le livre sur les plantes (excellent ouvrage) et parle de la traduction en cours. Les gens semblent bien intéressés de retrouver dans un livre imprimé les plantes et les usages de ces plantes négligées depuis quelques années. Leur salle informatique est sous Linux, alors c'est dans le bureau de Raymond que je montre l'application (sous windows). Etonnés !
On a mobilisé une des salles du lycée, sous la mairie

Les femmes sont très attentives aux propos de Michel

Je présente le CD dans le bureau de Raymond
Une fois tout le monde reparti vers ses quartiers d'origine, Raymond nous offre un^coup de Fanta et ouvre un paquet de gâteaux secs. Je lui demande de m'écrire un article sur les changements à venir avec l'arrivée de l'eau et de l'électricité dans sa commune. Il nous montre alors, par la fenêtre sans vitres de son bureau, la tranchée déjà visible où passera la canalisation. Quel boulot a déjà été fait !

La tranchée à flanc de montagne

C'est la partie entre la source et le réservoir
 Nous prenons congé et très vite (quelle chance) nous avons un taxi B qui nous mène vers Manandona partager le repas avec nos petits camarades. Après manger ce sont Michel (la voiture qu'on leur avait prêtée est bien mal en point et attend les mains savantes des mécanos, au garage) et Claudie qui vont au grand soleil attendre un nouveau taxi b pour Antsirabe. Ils ne sont pas trop nombreux à cette heure... Auparavant, Voahangy a dû faire les factures pour chacun. Cela lui a pris beaucoup de temps.

Michel patiente en photographiant une drôle de bête
 Dominique et Annie m'invitent à aller voir l'avancement de la construction du tombeau de la famille de Francine. Tombeau très luxueux fait avec des matériaux extraordinaires comme ces dalles très lourdes acheminées à dos d'homme pour la construction de l'édifice. Pour aucune maison on emploie de si belles pierres ! C'est vrai aussi qu'en général on est plus longtemps morts que vivants. C'est pourquoi on choisit aussi un très bel emplacement.
Les pierres déposées près de la route

Avec ses 30 places, ce sera un tombeau genre hlm avec vue.
 Il fait très chaud. En redescendant de la montagne sans cheval, on croise des gens qui repartent faire des semailles, des enfants jouer au foot dans la poussière de la rizière, et aussi des plantations mêlant plusieurs plantes complémentaires.


On repart aux champs pour planter des pommes de terre

Garçons et filles mêlés dans la pousière, pour la douche c'est pas gagné

Maïs et haricots en culture complémentaire...
et ici maïs et pommes de terre
  Après avoir dépassé le grand effondrement de terrain (ici on appelle ça un lavaka) du centre du village, on rejoint la route. Claudie et Michel ne sont pas dans ce taxi b le leur est sûrement déjà parti. Au gîte Paul s'en va avec Gabriel à Antsirabe. 

Le lavaka qui va jusqu'à la RN7

Finalement il y a des liaisons fréquentes pour Antsirabe
 Je file à mes cours de conversation à la bibliothèque . Je retrouve mes compagnons avec plaisir. Ils sont très attentifs et si gourmands des mots. On déborde de plus de 3/4 d'heure et me demandent quand nous pourrons reprendre... Très bon moment encore.

Misa a pris la photo de notre groupe de discussion
 Le dîner est très simple et le chauffeur (très cultivé) qu'ont commandé Annie et Dominique pour les emmener demain à Tana vient nous rejoindre et nous passons une excellente soirée à parler de... Madagascar ! 
Ce soir c'est pleine lune, alors il faut vite aller se coucher !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire